Suivre cette action sur les réseaux sociaux

Santé Environnement

L’environnement, au même titre que nos prédispositions génétiques, notre mode de vie, notre état psychologique et émotionnel, les facteurs socio-économiques, influence notre santé.

L’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, l’habitat dans lequel nous vivons, ce que nous mangeons, les objets que nous utilisons, le bruit ou encore les substances chimiques auxquelles nous sommes exposées peuvent avoir des effets sur notre corps.

Depuis plusieurs années, les liens entre la pollution de l’air, de l’eau, des sols, l’exposition aux perturbateurs endocriniens, pesticides, bisphénols A, … et le déclenchement de certaines pathologies sont avérés.

Cancers, maladies neurologiques, troubles hormonaux et de la reproduction…  se font de plus en plus fréquents et seraient favorisés par l’ensemble de ses facteurs environnementaux.

Au regard de ces éléments, l’Espace Santé du Littoral développe des actions de prévention en lien avec la santé environnement.

Enquête sur les perturbateurs endocriniens 

Chaque jour, nous sommes exposés aux perturbateurs endocriniens. Nous les trouvons un peu partout dans nos produits du quotidien : bouteilles en plastiques, emballages, lessives, boites de conserves, cosmétiques, produits d’hygiène, ….

Soucieux de l’impact de l’environnement sur la santé de sa population, la Ville de Grande Synthe, initiait en 2017 la réalisation d’une enquête sur l’impact des perturbateurs endocriniens sur la santé des grand-synthois.

Cette enquête, à visée d’alerte, a été confiée à l’ESL compte-tenu de ses missions. Elle avait pour objectifs de faire le point sur la situation sur le territoire, de mesurant l’imprégnation des habitants et répondre à leurs questionnements.

Elle a été menée auprès de la population grand-synthoise, par prélèvements de cheveux  sur un échantillon de population de 151 personnes (101 adultes et 50 enfants).

Enquête « phtalates » à Grande-Synthe

Afin de compléter le travail engagé sur les perturbateurs endocriniens en 2017, la Ville de Grande-Synthe a décidé de mener une 2ème étude évaluant l’imprégnation en phtalates de sa population et obtenir des données scientifiques concrètes.

Réalisée sur la base d’échantillons urinaires fournis par des habitants volontaires (enfants et adultes), cette étude scientifique doit permettre d’obtenir les niveaux d’imprégnation de la population générale en phtalates, pour pouvoir les comparer aux études réalisées dans d’autres pays européens comme l’Allemagne (Gers-IV), la Belgique (FLEHS), la république tchèque (FANTOM) ou l’étude européenne DEMOCOPHES-COPHES.

Les résultats seront analysés par l’Unité de Chimie Environnementale et Interactions sur le Vivant de l’ULCO.

Nous recherchons toujours des volontaires ! Renseignements au 03.28.27.97.34

 

L’observatoire local de santé

L’Observatoire Local de la Santé émane de la volonté des élus de l’Espace Santé du Littoral de créer un outil destiné à recueillir et analyser des données de santé afin de développer des actions de prévention santé ciblées, depuis la disparition de l’Observatoire Régional de la Santé.

Grace aux croisements de données de santé et environnementales, l’OLS se veut être un véritable outil d’aide à la décision pour les collectivités et acteurs du territoire.

En 2019, le territoire Dunkerquois, lauréat de l’appel à projets gouvernemental « Territoire d’innovation », permet à l’OLS de prendre une dimension plus importante en l’inscrivant dans l’axe portant sur les relations entre santé et qualité de l’air.

Ce nouvel axe de travail doit permettre de :

– structurer un réseau d’acteurs santé-recherche, en facilitant le partage de données et d’informations et leur diffusion le plus largement possible.

– produire et analyser des données inédites sur le lien santé-recherche grâce notamment au déploiement de bioindicateurs, production d’études sur l’impact des polluants locaux sur les organismes…

– rendre l’information la plus accessible possible

Ce projet bénéficie d’un financement de 2 101 583 € pour la réalisation de 5 opérations sur 10 ans et s’appuie sur une équipe de trois personnes. Il sera piloté techniquement par Sandrine Babonneau, coordinatrice du projet.

Un comité de pilotage présidé par Erick Verlet, secrétaire de l’ESL aura la charge de définir et valider les décisions stratégiques de l’OLS ainsi que de suivre leur mise en œuvre.